Go to: Contenido » | Main menu » | Information menu »


Professions dans le monde du cinéma

Autor: 
letudiant.fr
Tema: 
Professions du cinéma

En France, plus de 9 000 entreprises travaillent pour le cinéma et l’audiovisuel, et emploient environ 43 000 personnes, salariées ou intermittents du spectacle. Elles sont 6 300 spécialisées dans la production de films (pour le cinéma, la télévision, la publicité, etc.), 1 300 dans les prestations techniques (la location de matériel de tournage notamment) et 800 dans la distribution (de films pour le cinéma, de DVD, etc.). Porté par des succès comme Bienvenue chez les Ch’tis ou OSS 117, le cinéma français bénéficie d’une conjoncture favorable : en 2008, dans l’Hexagone, les films français ont généré plus d’entrées que les films américains. 

 

Assistant de production

Salarié d’une société de production, l’assistant de prod, qui est plus souvent une assistante, joue un rôle clé avant et pendant le tournage. Il établit les plannings et veille à leur respect, gère les relations avec les fournisseurs pour l’achat et la location du matériel de tournage (demande de devis, négociations). Il s’occupe aussi de la postproduction (réservation des studios de montage et de mixage…).

Assistant réalisateur

Collaborateur direct du réalisateur, il intervient dès le début de la préparation du film. Il établit, séquence par séquence, le plan de tournage, et rédige les fiches techniques qui détaillent les différents lieux, les décors, les personnages, la musique et l’éclairage. Pendant le tournage, aux côtés du réalisateur, il assure la bonne marche du plateau : il annonce les répétitions, fait respecter le silence, règle les imprévus, etc. 

En fin de journée, il note dans un rapport chacune des étapes du tournage, le nombre de personnes présentes, la nature de leur travail et leurs horaires. Ce rapport permet de rémunérer le personnel et de calculer les coûts de la production. Avant d’accéder à ce poste, l’assistant réalisateur est d’abord stagiaire, puis deuxième assistant.

Cadreur

Il est l’œil du réalisateur : sur ses conseils, il détermine les mouvements et les angles de prises de vues (appelés cadres). Aux commandes de sa caméra, il anticipe et suit le déplacement des acteurs en veillant sur son cadre. Si certains réalisateurs tiennent la caméra pour diriger plus facilement les acteurs, la plupart d’entre eux travaillent avec un cadreur en donnant des indications plan par plan. 

En fiction télé, le cadreur est souvent secondé par un assistant opérateur, chargé du matériel de prise de vues, de sa mise en place et de son bon fonctionnement. Sur les plateaux de télévision, il travaillesous la direction d’un réalisateur en régie. 

Pour multiplier les opportunités professionnelles, les cadreurs ont souvent plusieurs cordes à leur arc : cadrage et réalisation, cadrage et montage, fiction et documentaire, etc.

Chef opérateur

Le "chef op’", ou directeur de la photographie, est l’un des techniciens de l’audiovisuel les plus créatifs. C’est à lui que le réalisateur confie la responsabilité de la qualité de l’image. Lumière artificielle ou naturelle, il crée des ambiances sur mesure, à l’intérieur comme à l’extérieur. Il prend en compte tous les paramètres naturels ambiants et, surtout, les attentes du réalisateur pour restituer au plus près les couleurs, les tons, les émotions. Doté d’une grande culture artistique, il connaît parfaitement les techniques de la caméra et sélectionne lui-même les pellicules, les filtres, etc. À la télévision comme au cinéma, il est entouré d’une équipe d’éclairagistes, chargés de positionner le matériel (projecteurs, réflecteurs…) selon ses directives.

Ingénieur de la vision

Responsable de la qualité de l’image télévisuelle, ce technicien va sur le plateau avant le début de l’émission pour régler les caméras en fonction des paramètres techniques établis par le directeur de la photographie. Il travaille ainsi sur les contrastes et les couleurs. Il s’assure au passage que toutes les caméras sont "raccord" entre elles, afin d’éviter des images et des couleurs trop différentes d’un plan à l’autre. Il peut aussi placer des filtres sur les caméras pour atténuer la fatigue sur un visage, gommer quelques rides, créer un effet.

Ingénieur du son

Sur un plateau de tournage, l’ingénieur du son est l’oreille du réalisateur. À la fois artiste doté d’une bonne culture musicale ettechnicien de haut vol, il est le responsable de l’identité sonore du film. Qualité du son, tonalité des dialogues, choix des bruitages… son travail commence dès la lecture du scénario durant laquelle il imaginela couleur sonore du film. En fonction de ses choix et de son analyse, il adapte son matériel de prise de son. 

Lors du tournage, il collabore avec les perchistes qui positionnent les micros en fonction de ses indications. 

La hantise de "l’ingé son" ? Les parasites et les interférences qui "abîment" un son. 

Après le tournage, il réalise le mixage, étape essentielle qui consiste à mélanger et doser les différentes sources sonores pour obtenir la bande-son définitive du film. 

Quand il ne travaille pas pour l’audiovisuel, l’ingénieur du son évolue dans le monde musical : il enregistre des albums en studio, sonorise des salles de concert, etc.

Monteur

Pour tirer quinze minutes de film à partir de vingt heures de rushes, le monteur passe des journées entières, les yeux rivés sur son banc de montage numérique. Il commence par visionner l’ensemble des image et en fait une sélection minutieuse, ne gardant que les prises de vues les plus intéressantes. Doté d’un sens artistique aigu, mais aussi d’unsens du rythme, il fait ensuite un premier montage qu’il affine peu à peu. Il met en place d’éventuels effets, puis synchronise la bande-son avec les images. Durant le montage, le réalisateur n’est jamais loinpour superviser cette étape essentielle de la construction d’un film télé ou cinéma. 

Spécialisés dans les effets, les monteurs truquistes font, quant à eux, l’habillage des chaînes et des émissions télévisées, et sont omniprésents dans la publicité. 

À l’aide de logiciels d’images et d’effets spéciaux, entourésd’infographistes et d’animateurs 2D ou 3D, ils déforment les perspectives, incrustent des personnages, superposent des images…

Producteur

Pas de producteur, pas d’argent pour le film ! Ce professionnel a la lourde charge de trouver des financements pour réaliser un long-métrage. Aide de l’État, prêts bancaires, partenariat avec une chaîne de télévision… les solutions sont nombreuses et, très souvent, le producteur investit lui-même une partie de son argent dans le projet, avec pour objectif clair de se renflouer. 

Il a donc son mot à dire sur la création : il peut demander au réalisateur de modifier la fin du scénario s’il juge qu’elle ne correspond pas aux attentes des spectateurs, ou intervenir dans le choix des acteurs. Pendant la préparation et le tournage du film, le producteur passe le relais au directeur de production : c’est lui qui va définir, en fonction du budget, les besoins en personnel, négocier les rémunérations, participer au choix des prestataires (location de matériel, de lieux, d’accessoires, hébergement et restauration), etc. À ses côtés,l’assistant de production, sorte de supercomptable spécialisé dans l’audiovisuel, contrôle chaque dépense et s’assure qu’il n’y a pas d’écart entre le budget prévisionnel et le coût réel du film.

Réalisateur

Au cinéma, il est souvent à l’origine du projet de film, parfois même du scénario. À la fois auteur, technicien et manager, le réalisateurcoordonne toutes les étapes de la création d’un long-métrage, depuis la recherche d’un producteur jusqu’au montage et au mixage final. Il peut même participer à la promotion du film aux côtés des acteurs, lorsque son nom fait figure de référence. 

Le métier de réalisateur prend toute son importance sur le tournage : il doit, dans un délai limité, mener techniciens et acteurs vers ce qu’il désire tout en coordonnant le travail de chacun. 

Pour relever ce véritable défi, il peut compter sur des assistants réalisateurs qui prennent en charge la préparation du tournage et veillent à son bon déroulement. À la télévision, le rôle du réalisateur de plateau est plus technique, moins créatif, puisqu’il s’agit avant tout desuperviser la préparation, puis l’enregistrement des émissions en se conformant aux directives du producteur. 

Sélection des participants, choix des décors et du générique, position des caméras… il doit tout prévoir. 

Durant l’enregistrement ou le direct, installé en régie, il donne des indications de prises de vues aux cadreurs, par micro et oreillettes interposés. Il est en contact direct avec la plupart des métiers qui font un film, du producteur aux techniciens en passant par les comédiens.

Régisseur général

Véritable nounou des équipes de production, il veille à l’organisation quotidienne du tournage : demande d’autorisation pour le transport des équipes ou le blocage des rues, réservation de l’hébergement et de la restauration, recrutement des figurants… Même s’il prépare chaque tournage plusieurs semaines à l’avance, il doit toujours gérer une multitude de petits contretemps, 

qu’ils soient liés à la météo ou aux caprices de stars ! 

Sur un long-métrage, le régisseur général est assisté par un ou plusieursrégisseurs adjoints.

Responsable de diffusion

Tout ce qui passe à l’antenne est soumis à son œil d’expert. Le responsable de diffusion veille en premier lieu à ce qu’aucun imprévune vienne perturber le cours normal d’une émission en direct. 

Au moindre incident, il doit trouver la parade sans que les téléspectateurs ne s’en aperçoivent. 

Posté dans la régie centrale, il s’assure que le conducteur (document indiquant à la seconde près ce qui est diffusé à l’antenne) est parfaitement respecté. Si un animateur "déborde" en fin d’émission, il peut décider de le "couper" ou d’écourter un générique. Le responsable de diffusion intervient également hors direct, traquant le moindre contretemps. 

Enfin, il s’assure que la durée des spots publicitaires est bien conforme aux normes édictées par le CSA.

Scénariste

Loin des caméras et des plateaux de tournage, le scénariste invente des histoires pour le cinéma et la télévision. À la demande d’un réalisateur ou d’un producteur, il tisse la trame du futur film. 

Il y a autant de manières de concevoir un scénario qu’il existe de scénaristes. Mais dans tous les cas, le travail consiste à construire une histoire, des personnages, des dialogues… 

À noter : certains scénaristes sont spécialisés dans l’écriture des dialogues. Selon le sujet, le scénariste se documente pour nourrir son imagination et décrire certaines scènes. 

À la télévision, mesure d’audience oblige, il doit, en plus, tenir compte des attentes des téléspectateurs. Les scénaristes de télévision travaillent souvent en équipe et dans l’urgence.

Truquiste

Ce magicien de l’image intervient en phase de postproduction, c’est-à-dire après le tournage du film. À la demande du réalisateur, il transforme les images et réalise des effets spéciaux grâce à des logiciels spécifiques. Il fait disparaître des détails indésirables, comme des ombres ou des imperfections du décor. Il peut aussi insérer de nouveaux éléments dans les images, par exemple un personnage. Le truquiste opère principalement dans le cinéma et la publicité, ainsi qu’à la télévision, où les génériques et l’habillage des émissions s’appuient sur de nombreux trucages.